BAGARRE GÉNÉRALE : L’ÉMISSION – MARS 2019 (partie 1)


En mars, encore plus, on avait pris le temps… ! Intarissables et toujours pas fixés – sur un coin du monde ou un rayon trop bien rangés, une époque parce qu’elle serait close ou d’actualité. Pas rassasiés. On a écouté : loin à côté. Des Morts partis pour nous rester ; des Vivants qu’on avait ignorés, les unes, les autres et toutes les réciproques et variations, variantes. Des bouts de parages qui nous avaient échappés – on se les ait offerts, alors (et à vous, là, en différé… allez) – en se les jetant dans les pattes.

On a entendu : ça sonnait. On s’est répondus, on s’est demandés. On a entendu.

Que ça venait du nord – nous disait l’un – après que les nappes translucides et bruitées, les vagues se soient posées.

Qu’il nous manque, Peter, rétorquait l’une – et là, oui, la lumière était plus cave et l’humour et l’humeur, plutôt torves.

Qu’il restait toujours la plage, si jamais, renchérissait l’autre – sans oublier qu’on s’y échoue, aussi, que viennent y finir carcasses et trésors mêlés.

On a insisté, il en restait. On a encore ouï.

Et de retour au squat, remarquait encore un autre, il y en avait là-dedans qui savaient jouer – c’était une drôle d’époque, c’était intègre, précisait-il – et si ça se trouve, pour autant, c’étaient un peu foutaises ces histoires de styles verrouillés, tout autant que les thèses où l’on croit avoir comptés, exhaustivement tous les maillons. On venait de l’entendre, en fait.

Et la deuxième des deux unes concluait – pour l’instant – que laisse saigner, c’est un doom. (Un vrai)


Mais au vrai, non : on en n’a pas fini avec celle-ci ! Mais on avait causé, disais-je, déjà beaucoup, écouté du long, aussi, laissé le son s’étendre, et ce qui nous y chopait ou nous laissait en plan. Bon. Il n’y aurait qu’à trancher. Réserver la suite pour bientôt. On nous y reprendra… On vous poste la suite – la partie 2 – d’ici une bonne semaine. D’ici là, on vous laisse. (Et puis une heure et demie et quelque à partir du ci-dessus CLIC).

Bagarre Générale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *