Bagarre Générale : L’émission – Septembre 2018 (l’émission qui n’aime pas Blur)

Bagarre à six au début d’un automne :

Où l’on parle chat à huit pattes, écriture coupante à l’encre antipathique et autres particularismes britanniques ; brillants pop et noirceur de briques ; reniements et cheminements : de la baraque à freaks au dancefloor, à la gloire noble… aux boutiques The Kooples dans les quartiers trop chers d’un Paris bien trop cheap.

Où l’on débat sur le doom et le stoner – ce qui en est ou pas et symétrique inverse ; pourquoi quand c’est bon c’est parce que ça pue ; pourquoi quand c’est pas bon c’est parce que ça pue ; est-ce que c’est bel et bien toujours la même chose ou pas – et si c’est ça l’intérêt ou si c’est là que ça bloque.

Où l’on apprend que de la batcave au soufisme, il n’y a qu’un pas – mais que la route est longue, de la Tamise au Bosphore via l’Amour et les Fusées et l’EBM versant cirque et Kominterm ; où l’on se demande sans les nommer si les synthés et les kanouns sont un même alif vers de même cieux – ou bien de pauvres signes kitsch ; où l’on s’interroge encore : est- ce qu’authentique ou pas, on ne finira pas par se dire, peut-être bien, qu’on s’en fout – où n’empêche, l’un de nous continue d’entendre Aladin.

Où l’on assiste au mariage de la femme-coyote ; où ça sonne grave et libre comme du blues comanche, sillons dans la terre rouge, riffs dans la caillasse, tronches dans les hautes littératures et pieds enfoncés dans la soue – à moins que ce soit une fois de plus le contraire. Où l’on se demande encore si doom ou stoner et puis c’est quoi ?

Où la drogue au Japon, ça se passe peut-être même cette fois sans drogue… Mais où sans doute aucun : c’est ici le Japon. Où ça nous fait une boucle où s’envoyer sans fin.

Où l’on profite tout-cois d’un joli cour de musicologie impromptu, improviste – d’un Est à l’autre et sur deux continents ; approches pianistiques et liens tissés ; dictatures et émulations ; enclaves balkaniques et emprise des juntes ; académies et lignes de fret.

Où l’on repasse par l’Angleterre ; où cette fois-ci les mecs jouent fort et vite – et où, nous dit celui qui les a fait entrer : ils sont sympas et ils s’en branlent totalement de Satan (parce que de toute façon, pas le temps).

Où l’on traverse encore un océan ; là, brille un gros caneton avec une grosse afro… Et une grosse addiction qui le dissoudra vite.

Où l’on retourne une dernière fois en Britannie ; où ça tourne émouvant ; parce que Bagarreurs ou pas, on est là parce que tous ces trucs, là, on aime ça – émois et accidents et tout – et les vies et les bruits que ça fait, en fracas autant qu’en feutrés..

Parce qu’il a raison, l’ami Morrizzio : Quand ça va mal, ça fait du bien… Jusqu’au prochain bourre-pif.

Et pour toutes ces raisons et bien d’autres à venir : on se revoit bientôt, allez, pour une autre peignée. Pas moins joyeuse et pas moins contrastée.


Bagarre Générale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *